Standard et caractéristiques

Cheval canadien, qui es-tu?

Il y a de ces chevaux qui nous marquent à tout jamais.

Par leur présence et leur charisme, ils frappent l’imaginaire.

Dans leurs yeux, brillants d’intelligence, on découvre aussi toute leur sensibilité.

Par leur talent, souvent mésestimé, ils confondent les plus sceptiques.

Francs et vaillants, ils se donnent toujours corps et âme.

Par leur rusticité, ils défient les rigueurs du climat.

Forts et endurants, c’est dans le trépas qu’ils atteignent leur limite.

Compagnons d’une vie, leur loyauté et leur dévouement vous accompagnent tout au long de la vôtre.

Le cheval Canadien est de ceux-là. Il est tout cela à la fois.

Standard et caractéristiques

Le cheval Canadien s’est développé à l’image du pays qui l’a vu naître. Façonné par un climat rigoureux et extrême, sculpté par les durs travaux auxquels il a été soumis à l’époque de la colonisation, il a développé force, endurance et rusticité. Il est loyal, docile, volontaire, sensible et intelligent.

  • Le cheval Canadien est caractérisé par une morphologie plutôt bréviligne (compacte).
  • Son ossature solide lui confère beaucoup de force et de puissance.
  • Le dos et les reins sont larges, courts et forts.
  • L’encolure est bien attachée et plutôt arquée, forte et puissante sans être lourde ni trop courte.
  • Le poitrail est large, l’épaule est plutôt longue et oblique plutôt que droite.
  • La tête est courte et harmonieuse, le front large et le profil rectiligne, les oreilles sont petites et bien écartées.
  • Les yeux sont grands et expressifs, le regard est doux et profond.
  • Les crins sont généralement longs et abondants.
  • Même si la couleur prédominante est le noir (environ 70% du cheptel), toutes les robes et marques blanches sont acceptées.
  • Sa taille varie entre 14 à 16 mains (1,42 m à 1,62 m) et son poids entre1000 et 1400 lbs (450 à 635 kg)
  • Ses allures sont vives, amples et déliées (avec une bonne propulsion et élévation des membres, sans excès dans le mouvement du genou).
  • Les aplombs doivent être droits, les sabots sont grands, forts et solides.

Représentation graphique du cheval Canadien (1991)

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Représentation graphique du cheval Canadien (1895)

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un cheval aux multiples visages

Même si le standard est bien caractérisé, on constate que certaines descriptions sont quand même larges et relativement élastiques. Il s’ensuit donc, encore de nos jours, une certaine diversité de phénotypes que l’on peut attribuer à différents facteurs (relative « jeunesse » de la race, tests ADN de parenté obligatoires seulement depuis le début des années 2000, manque d’outils mis à la disposition des éleveurs pour aider à la sélection de sujets reproducteurs, etc).

Malgré les dissensions que cela peut créer occasionnellement au sein de la communauté d’éleveurs, deux phénotypes (modèles) semblent toujours s’affirmer :

  • Un modèle plus petit, court et trapu, ayant du coffre et de l’os (appelé parfois « ancien type », auquel nous préférons le terme de « type traditionnel », car son intemporalité mérite d’être soulignée);
  • Un modèle un peu plus long, délié et léger, conservant malgré tout de l’os, un bon équilibre et toutes les caractéristiques de race (appelé communément « type sportif »).

Plutôt que d’essayer de trancher entre les deux types au profit d’un seul, la Société des Éleveurs de Chevaux Canadiens se concentre présentement à développer des outils dans le but de :

  • Soutenir le rythme des naissances pour éviter la disparition de la race;
  • Favoriser l’utilisation du plus grand bassin génétique possible;
  • Éduquer et sensibiliser les éleveurs au choix de sujets reproducteurs exempts de tares ou maladies génétiques.